Pour toute information ou si vous souhaitez partager sur un sujet qui vous tient à coeur.

Version
Bêta

Le massif vosgien ...


Paysage de transition entre Vôge et Vosges, à Hautmantarde, à l'ouest de Remiremont







Le massif vosgien est petit, mais ses contrastes climatiques sont grands...

                           En savoir plus

Le massif vosgien

Le Climat

Les Vosges constituent le massif le plus bas et le plus réduit des grands massifs français (Alpes, Pyrénées, Massifs Central, Jura, Vosges), avec une altitude maximale de 1424 mètres au Grand Ballon et une étendue s'étirant sur seulement 70 km de large pour 120 km de long. 

Sa latitude élevée en fait pourtant le massif le plus froid à altitude égale, avec une limite pluie-neige bien plus basse que celle des Alpes ou des Pyrénées par exemple. Sur la zone de crêtes, lieu où s'épanouissent les chaumes d'altitudes, où le vent d'ouest fort et continu balaye sans cesse les maigres arbrisseaux, le climat est similaire à celui de l'Ecosse. Les Hautes-Vosges, ce secteur de la zone centrale aux altitudes dépassant les 800-1000 mètres, est une zone de climat rude, froid ou frais toute l'année, très humide, avec une couverture neigeuse qui peut être très importante et durer jusqu'aux feux de l'été. Le contraste avec les vallées vosgiennes est saisissant, il est en est de même de façon encore plus importante avec la plaine d'Alsace. 

Les Vosges Moyennes et la Vôge sont aussi humides et assez froids, mais beaucoup moins que les Hautes-Vosges, ce que les populations vosgiennes ont compris très tôt, peuplant largement ces deux premières en délaissant largement les Hautes-Vosges à leurs vastes forêts et leurs longs hivers.

La zone forestière, d'essence très majoritairement résineuse, change vers 1000 mètres, devient plus clairsemée, se compose de feuillus, de hêtres, davantage aptes à résister aux caprises de la nature par leur capacité à épouser le milieu. C'est ainsi qu'on retrouve des arbres petits et tordus par le vent et le froid sur les chaumes du Ballon d'Alsace, du Rainkopf, du Gazon du Faing, et des autres sommets.

La flore locale doit s'adapter à des conditions météorologiques difficiles : vents forts, froid, neige, exposition au soleil. Au sortir de l'été, elle est composée de chaume (d'où le nom), d'arbustes bas (myrtilles, airelles, bruyères). La chaume est le lieu d'existence d'essences végétales et animales rares encore bien préservées, activement protégées à la fois par la sensibilisation et par les zones naturelles sur les sommets ou  non : Tourbière de la Charme, Massif du Ballon de Servance, Massif de Ventron, Tourbière de Machey, Langenfeldkopf, Hohneck - Jardin d'Altitude, Frankental - Missheimle, Tanet - Gazon du Gaing, Forêt des Deux Lacs). Les actions entreprises dans le cadre du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges complètent ce dispositif. 

Cette chaume d'altitude était autrefois le lieu de pâturage des vaches vosgiennes, élevées par les marcaires, tradition perdue qui tend à renaître à nouveau. Les chaumes les plus remarquables sont celles du Ballon de Servance (une montagne quelque peu oubliée qui abrite une faune et une flore exceptionnelles et qui est l'exemple le plus pur de la montagne vosgienne arrondie avec sa chaume à son sommet), le Ballon d'Alsace, le Drumont, le Grand Ventron, la Haute Crête allant du Gazon du Faing au Grand Ballon. Des pratiques agricoles extensives permettent le maintien des chaumes dans un bon état de conservation. On pourrait hâtivement les apparenter aux prairies d'altitudes d'autres massifs mais la chaume vosgiennes reste unique en son genre. 

La Chaume du Gazon du Faing

La Chaume du Gazon du Faing (Source : Wikipedia)

La Crête est le lieu géographique où s'abat le flux océanique apporteur de précipitations, le forçage hydrographique est très important, tout particulièrement dans les sommets, si bien que la plaine alsacienne bénéficie d'un effet d'abri avec un air plus sec et un temps bien moins pluvieux. L'hydrométrie s'accroît en progressant dans le massif vosgien vers l'est et culmine sur la partie centrale (Gazon du Faing et Hohneck) et la partie sud (Drumont et surtout Ballon d'Alsace avec Ballon de Servance). Le Ballon d'Alsace est ainsi le lieu le plus humide de France avec près de 2 mètres d'eau par an, bien loin des 50 cm de Colmar située à seulement 40 km de là... Les cumuls de pluie sont donc extrêmement variables en fonction de là où on se situe. La zone d'abri en Alsace va de Strasbourg au nord à Mulhouse au sud et est maximale entre Rouffach et Neuf-Brisach. Au nord de Strasbourg et au sud de Mulhouse, la barrière vosgienne est insuffisante ou inexistante, laissant le champ libre aux précipitations océaniques (surtout dans la Sundgau, moins au nord grâce aux Vosges du Nord qui atténuent le phénomène). A l'est de l'Alsace, l'effet d'abri (effet de foehn) s'atténue vite au niveau du Rhin et devient négligeable voire s'inverse au pied de la Forêt-Noire comme à Fribourg-en-Brisgau. La Forêt-Noire s'avère quant à elle très humide avec des précipitations égales aux Vosges sur les plus hauts sommets.

Précipitations dans les Vosges en Octobre 2008

Les précipitations dans les Vosges en Octobre 2008 (Source : Météo France)

En règle générale, les Vosges sont un massif très humide, surtout dans sa partie ouest, la plus humide de Lorraine. En revanche le sud des Vosges bénéficie assez paradoxalement d'un ensoleillement plus élevé que le nord de la Lorraine ou de l'Alsace (Strasbourg par exemple) du fait d'une position située au sud.

L'abondance de l'eau dans les Vosges est une richesse qui a permis l'industrialisation du secteur grâce à l'utilisation de la force hydraulique (en particulier le textile et la métallurgie). Dans un contexte deréchauffement climatique et de raréfaction des ressources en eau (sécheresse et aléas climatiques), les Vosges disposent d'un atout indéniable pour l'avenir...

                           En savoir plus